Le Réveil Lozère 07 août 2019 a 10h00 | Par AG

Le Comité économique et social européen insiste sur le budget, l’innovation et les circuits courts

Dans deux avis distincts adoptés tous les deux le 17 juillet, le Comité économique et social européen plaide en faveur d’un budget suffisant pour la future Pac afin d’améliorer la rentabilité du secteur agricole de l’UE.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un avis d’initiative adopté le 17 juillet, sur le métier d’agriculteur face au défi de la rentabilité, le Comité économique et social européen (Cese) insiste sur la nécessité pour « les agriculteurs et les coopératives agricoles européens d’une Pac dotée d’un solide budget pour la prochaine période ». En introduction cet avis rappelle que « le revenu d’un agriculteur ne représente en moyenne que 46,5 % de celui des autres secteurs de l’économie ». Et malgré cette faible rentabilité, « le secteur agricole de l’UE joue un rôle crucial dans les économies rurales et produit des aliments de qualité qui respectent les normes les plus élevées au monde ». Pour le rapporteur de l’avis, le Français Arnold Puech d’Alissac (président de la FRSEA de Normandie) l’agriculture ne peut donc être « durable sur le plan environnemental que si ses dimensions économiques, commerciales, écologiques et sociales, tout aussi importantes, sont prises elles aussi en considération ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous disons stop à l'arrivée de toutes ces réglementations, le monde agricole n'en peut plus, il s'y perd. Il ne sait plus à quelle zone réglementaire il appartient, à quelle date semer.

Les chambres d'agriculture demandent une planification face au nombre important de politiques environnementales.