Le Réveil Lozère 06 octobre 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le concours du sylvotrophée est remporté par le groupement de la Somical

Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée.
Le jeudi 23 septembre 2021, au siège du parc national des Cévennes à Florac-Trois-Rivières, a eu lieu la remise des prix de la seconde édition du sylvotrophée. - © Adrien Majourel - PNC

C'est le groupement Somical - Forêt de Fretma et Cavalade (sur le causse Méjean), représenté par Sylvie Coisne et Léa Barré, qui a remporté le premier prix. « Tout le monde (ou presque) connaît cette grande forêt, dans le coeur du parc national, sur le causse Méjean. Il y a un peu plus de 70 ans, il n'y avait pas d'arbres. Le Fonds forestier national a permis de reboiser », a déclaré Henri Courderc, président du conseil d'administration du parc, lors de la remise des prix.
Parmi les autres candidats en lice, la forêt de Camp Figoux à Soustelle propriété de Jony Brès a reçu le prix « spécial de la combativité », la forêt de Conches à Ventalon-en-Cévennes, propriété de Michel de Lagausie, le prix « belle forêt d'avenir » et la forêt communale de Banne représentée par le maire, Jean-Marie Laganier, le prix « au service de la biodiversité ».
Réalisé en partenariat avec le centre régional de la propriété forestière (CRPF) et l'association des parcs naturels du massif central (Ipamac), ce concours vise à valoriser la gestion durable des forêts : cette gestion dite « multifonctionnelle » prend en compte les fonctions économiques, sociales et environnementales d'une forêt ; cette année, quatre parcelles étaient en lice, à la fois dans le Gard et en Lozère, toutes situées sur le territoire du parc national des Cévennes.
Quant au choix du jury de récompenser le groupement forestier de la Somical, « les choix effectués sont judicieux : sylviculture irrégulière à couvert continu, plantations d'enrichissement en essences feuillues autochtones, valorisation paysagère, accompagnement par des techniciens qualifiés, volonté de transmission du patrimoine entre générations, préservation d'une biodiversité riche, etc. », a détaillé Henri Couderc.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).