Le Réveil Lozère 19 février 2020 à 11h00 | Par YG

Le Concours général agricole, une référence sous haute surveillance

Lors du prochain Salon de l’agriculture, le doyen des concours agricoles fêtera ses 150 ans. L’État garde un œil « et le contrôle » de cette institution porteuse d’importants enjeux économiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’Alteroche

Remise des prix d’excellence par Emmanuel Macron, stand dédié au Salon de l’agriculture : pour ses 150 ans, le Concours général agricole (CGA) s’offre en 2020 une visibilité inhabituelle. Les consommateurs en connaissent surtout les médailles en forme de feuille de chêne, décernées chaque année à quelque 5 000 vins et produits alimentaires. Mais le CGA, c’est aussi et surtout une affaire de professionnels, qu’ils soient candidats, 5 000 producteurs et 1 500 éleveurs, ou l’un des 11 000 jurés mobilisés chaque année.
Le CGA est né en 1870 dans le prolongement du concours des bovins de boucherie de Poissy. Il regroupe aujourd’hui quatre concours : animaux (reproducteurs), produits et vins, jeunes professionnels et enfin pratiques agroécologiques. « Le concours général était au début une démarche strictement pilotée par l’État, rappelle Benoît Tarche, commissaire général du concours, à Agra Presse. Puis, dans les années soixante, avec les grandes lois agricoles de Pisani, il a été décidé de confier le concours à la profession », via le Ceneca (Centre national des expositions et concours agricoles). Également en charge du Salon de l’agriculture, le Ceneca a délégué l’organisation du CGA au prestataire privé Comexposium.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1548, du 20 février 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui