Le Réveil Lozère 12 décembre 2018 a 15h00 | Par Mélodie Comte

Le confort de travail se cache dans les détails

Caméra de surveillance 24h sur 24 et commande des lumières depuis le smartphone, Alexandre Riocourt a poussé la fonctionnalité de son bâtiment d’élevage au maximum.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alexandre Riocourt peut, depuis son smartphone, commander les lumières de son bâtiment et la caméra de surveillance.
Alexandre Riocourt peut, depuis son smartphone, commander les lumières de son bâtiment et la caméra de surveillance. - © Mélodie Comte

C’est un bâtiment d’élevage laitier comme on en voit beaucoup. D’une dimension de 60 mètres de long par 28 mètres de large, il permet d’abriter 64 logettes avec matelas, une salle de traite en épi 2×6, au-dessus d’une fosse plain-pied. Mais à regarder de plus près, son propriétaire, et premier utilisateur, Alexandre Riocourt a poussé la fonctionnalité de son bâtiment jusque dans les détails. « Mon objectif a toujours été de pouvoir produire seul entre 300 000 et 400 0000 litres de lait. »

Que la lumière soit !
La nouvelle stabulation d’Alexandre est opérationnelle depuis 2014, année de son installation à Messeix (63), sur l’exploitation familiale. « Avant, nous n’avions qu’une vieille étable entravée, délabrée et sombre. Ce nouveau bâtiment était plus qu’indispensable pour travailler dans de bonnes conditions. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1488, du 13 décembre, en page 14.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.