Le Réveil Lozère 21 octobre 2020 à 11h00 | Par AG

Le Conseil adopte ses conclusions

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Réunis en Conseil agricole à Luxembourg, les États membres ont adopté le 19 octobre, leurs conclusions sur la stratégie « de la ferme à la table ». Ils appellent notamment à ce que des évaluations d’impact ex ante scientifiquement fondées servent de base aux propositions législatives de la Commission européenne. Ils demandent également à poursuivre la promotion d’une utilisation prudente et responsable des pesticides, des antimicrobiens et des engrais afin de produire des denrées alimentaires de manière durable tout en préservant l’environnement. Par ailleurs, les ministres appellent à l’instauration de conditions équitables sur des marchés agroalimentaires compétitifs et compatibles avec les règles internationales de l’Organisation mondiale du commerce. Pour la ministre allemande de l’Agriculture, Julia Klöckner, qui préside le Conseil, « cette décision unanime constitue un signal crucial et un engagement clair en faveur d’un secteur agroalimentaire durable et économiquement viable. Pour la première fois, l’ensemble du système alimentaire est pris en compte dans sa globalité, des producteurs aux consommateurs. » Tout en prenant en compte ces conclusions, Stella Kyriakides, commissaire à la Santé et à la sécurité alimentaire, a précisé que « toute proposition législative visant à rendre les objectifs de stratégie « de la ferme à la table » juridiquement contraignants sera précédée d’une analyse d’impact approfondie et sera finalement négociée par le Conseil et le Parlement ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.