Le Réveil Lozère 13 novembre 2019 a 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Le conseil départemental prépare 2020

Réunis le 8 novembre en conseil départemental, les élus ont voté les orientations budgétaires pour 2020. Ils ont aussi voté une motion « pour la défense du budget des chambres d’agriculture ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Conseil départemental

C’est une tradition au sein des différents conseils départementaux français, chaque fin d’année, les conseillers se réunissent pour voter la DM2* ainsi que les orientations budgétaires pour l’année suivante. En Lozère, les conseillers se sont réunis vendredi dernier pour aborder les principaux point pour 2020.
Les élus prévoient pour l’année, un budget total avoisinant les 150 millions d’euros, répartis sur les postes de fonctionnement (104,1 millions d’euros) et d’investissements (44,9 millions d’euros). « C’est le plus petit budget pour un département en France », confie Sophie Pantel, présidente du conseil départemental. À cela, s’ajoutent les budgets annexes pour l’aire de la Lozère, le domaine des Boissets et le laboratoire départemental d’analyses. Si les budgets 2020 seront assez similaires à celui 2019 pour ces trois entités, on notera un investissement de près de 60 000 euros pour le renouvellement des appareils « défectueux ou vieillissants » du laboratoire départemental d’analyse.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1534, du 14 novembre 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»