Le Réveil Lozère 01 juillet 2021 a 09h00 | Par AG

Le Copa-Cogeca demande un accord « réaliste et réalisable »

À la veille des négociations finales sur la future Pac, les organisations et coopératives agricoles de l'UE ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis des contraintes environnementales excessives qui pourraient leur être imposées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
À la veille des négociations finales sur la future Pac, les organisations et coopératives agricoles de l'UE ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis des contraintes environnementales excessives qui pourraient leur être imposées.
À la veille des négociations finales sur la future Pac, les organisations et coopératives agricoles de l'UE ont fait part de leurs inquiétudes vis-à-vis des contraintes environnementales excessives qui pourraient leur être imposées. - © Franck Beloncle/Illustration

Christiane Lambert, en sa qualité de présidente du Copa-Cogeca, a mis en garde, le 18 juin à l'occasion d'une conférence de presse, les négociateurs des institutions européennes qui s'apprêtaient à finaliser les discussions sur la future Pac, leur demandant de s'en tenir à « des objectifs environnementaux réalistes et réalisables ». Christiane Lambert prévient que « la Pac n'est pas qu'un outil de verdissement » et que pour pouvoir mener les transitions demandées il faut « de la stabilité, de la visibilité et des soutiens ». Elle s'inquiète également des exigences qui pourraient être fixées concernant la rotation obligatoire des cultures à la parcelle et du pourcentage minimal de surfaces non productives. « Mettre en place des rotations à la parcelle, changer de culture chaque année, aucun agronome n'a montré que c'était positif à grande échelle », a-t-elle souligné, regrettant une mesure qui cible le maïs. « Plus de vingt-cinq ministres de l'Agriculture sont d'accord avec nous » sur cette demande, dit-elle.
Concernant l'intégration des objectifs du Green deal dans la Pac : « Chaque chose en son temps, répond-elle, à ce stade il n'y a aucune étude d'impact globale sur le sujet, sauf une émanant des États-Unis ». Elle dénonce à ce titre l'omniprésence du vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, dans les discussions alors que le commissaire à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, est beaucoup moins disert.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.