Le Réveil Lozère 17 avril 2019 a 12h00 | Par Aurélie Pasquelin

Le Copage sur tous les fronts

Le Copage organisait vendredi dernier son assemblée générale à Marchastel, au buron du Cap Combattu. Profitant de cet emplacement, les responsables de l’association ont décidé de mettre en avant le territoire de l’Aubrac.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Une trentaine de personnes s’est retrouvée vendredi dernier au buron du Cap Combattu pour assister à l’assemblée générale du Copage.
Une trentaine de personnes s’est retrouvée vendredi dernier au buron du Cap Combattu pour assister à l’assemblée générale du Copage. - © Aurélie Pasquelin

Créé en 1993, le Copage (comité pour la mise en œuvre du plan agri-environnemental et de gestion de l’espace en Lozère) est un élément important du monde agricole lozérien. Conseil, recyclage, gestion de l’eau, préservation des zones humides, accompagnement des groupes pastoraux… les missions de l’association auprès des agriculteurs et des collectivités locales sont multiples. Vendredi dernier, au buron du Cap Combattu, sur la commune de Marchastel, les membres et partenaires de l’association se sont réunis pour l’assemblée générale de la structure. Malgré un tassement d’activité, notamment dû à une baisse d’activité sur les MAEC, l’association enregistre un résultat positif de 24 204 euros sur l’année 2018. « L’association a su adapter ses charges par rapport à ses produits, ce qui est notable et rassurant », a indiqué Benoît Maury, commissaire aux comptes lors de l’assemblée générale.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1506, du 18 avril 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.