Le Réveil Lozère 18 mars 2020 à 10h00 | Par IL

Le discret rééquilibrage du budget entre les agences de l’eau

Le gouvernement vient d’augmenter la collecte des taxes et redevances des Agences de l’eau et d’opérer au passage un rééquilibrage budgétaire entre les agences elles-mêmes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Annick Carré

Un arrêté gouvernemental publié le 9 mars fixe les plafonds des taxes et redevances collectées par les Agences de l’eau. Il prévoit une augmentation de près de 50 millions d’euros de la collecte par rapport à 2019, mais aussi un discret rééquilibrage entre agences de l’eau.
Cette augmentation est due à la nouvelle mission attribuée aux agences sur la taxe cynégétique et les droits de timbre. La taxe était auparavant collectée par l’ONCFS, mais l’office a fusionné au 1er janvier avec l’Agence française de la biodiversité, pour donner le nouvel Office français de la biodiversité (OFB). Et comme le précise la direction du budget, si le plafond de redevance des agences augmente, leur contribution à l’OFB « est augmentée en parallèle de 46,1 millions d’euros afin de compenser ce transfert ».
La nouvelle compétence aura d’autant moins de conséquences que les taxes cynégétiques seront collectées par l’agence Adour-Garonne, déjà responsable de la collecte des redevances pêche. « Pour nous, c’est transparent, ce n’est qu’une écriture comptable », assure Nicolas Guérin, directeur des redevances au sein de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (RMC).

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1552, du 19 mars 2020, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui