Le Réveil Lozère 29 avril 2020 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le drive fermier Lozère ouvre ses premiers relais

Après quelques couacs techniques qui ont retardé son démarrage, le drive fermier Lozère a ouvert son site internet aux Lozériens désireux de se fournir en produits locaux, ce mardi 28 avril.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le drive fermier Lozère s'est lancé ce mardi 28 avril pour offrir aux consommateurs des produits locaux.
Le drive fermier Lozère s'est lancé ce mardi 28 avril pour offrir aux consommateurs des produits locaux. - © DR

Quatre points de livraisons ont été retenus sur le département : Mende, Florac, Marvejols et Saint-Chély- d’Apcher, pour commencer. Les premières livraisons de paniers sont attendues dès ce 2 mai à Florac et Saint-Chély-d’Apcher.
Issu d’une collaboration entre le département et la chambre d’agriculture de Lozère, ce projet qui se lance « plus tard que prévu », grimacent les services du département, devrait rester en fonctionnement au moins jusqu’au début de l’été. C’est ce qu’espèrent tous les acteurs impliqués dans l’initiative.  « Ce drive permet aux Lozériens de pouvoir s’approvisionner en produits frais et locaux en toute sécurité pendant la crise », explique Christophe Roux, de la chambre d’agriculture. Le département de la Lozère et la chambre d’agriculture vont mobiliser une dizaine d’agents volontaires pour s’occuper de la logistique sur place, au moins les premières semaines d’exploitation, expliquent les services du département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).