Le Réveil Lozère 07 avril 2021 a 10h00 | Par Eva DZ

Le dynamisme comme ligne de conduite

En assemblée générale en visio-conférence, vendredi 26 mars, la coopérative Unicor a affiché son dynamisme retrouvé, grâce notamment à des résultats en croissance soutenue et la performance de ses activités agricoles et ce malgré la crise.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
En assemblée générale en visio-conférence, vendredi 26 mars, la coopérative Unicor a affiché son dynamisme retrouvé, grâce notamment à des résultats en croissance soutenue et la performance de ses activités agricoles et ce malgré la crise.
En assemblée générale en visio-conférence, vendredi 26 mars, la coopérative Unicor a affiché son dynamisme retrouvé, grâce notamment à des résultats en croissance soutenue et la performance de ses activités agricoles et ce malgré la crise. - © Eva DZ

Avec un chiffre d’affaires de 365 millions d’euros et un excédent brut d’exploitation de plus de 10 millions d’euros, reflet de la performance du groupe dans son ensemble, la coopérative Unicor a le sourire. Son président, Jean-Claude Virenque et son directeur général, Denis Simon sont très heureux du chemin parcouru en trois ans. « Ses résultats nous ont donné la capacité d’investir sur les sites de Rodez et d’Arcadie sud-ouest et de placer notre projet de Pôle Viandes dans une perspective de développement », indiquent-t-ils. Ils n’oublient pas non plus la naissance de Lidéa, résultat du rapprochement entre Caussade semences et Euralis semences pour pérenniser le savoir-faire dans ce domaine. Car les dirigeants rappellent l’objectif premier de leur coopérative : le retour de valeur aux producteurs.

Des bases solides
Jean-Claude Virenque et Denis Simon ont fait le tour des différentes activités du groupe : produits du sol, nutrition animale, productions végétales, machinisme, productions animales (bovine, ovine, palmipèdes), la valorisation des productions à travers Aveyron Foie Gras, la cave coopérative Le Vallon, la jardinerie, les Halles de l’Aveyron. « Nous avons tous vécu une année atypique mais de façon générale notre activité n’a pas été gênée grâce à la mobilisation de l’ensemble de nos équipes », a tenu à souligner Jean-Claude Virenque. Si certaines activités ont su tirer leur épingle du jeu comme la jardinerie, les Halles de l’Aveyron, d’autres ont su maintenir la stabilité comme la nutrition animale, les produits du sol et le machinisme, mais pour quelques-unes l’année a été difficile. « Du fait de la fermeture des restaurants, certaines de nos activités ont souffert, je pense à Aveyron foie gras, à la cave coopérative du Vallon (ex-Vignerons du Vallon sur l’AOP Marcillac) », avance Denis Simon qui évoque aussi les aléas dans les productions.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Cette décision est une bonne nouvelle pour développer les panneaux sur toitures et l’autonomie dans nos fermes

ont commenté les Jeunes agriculteurs, par opposition à « la multiplication tous azimuts [du photovoltaïque] au sol ».