Le Réveil Lozère 12 décembre 2018 a 15h00 | Par Eva Simonnot

Le forage privé pour réduire sa facture d’eau ?

De plus en plus d’éleveurs choisissent d’aller chercher l’eau qui dort sous leurs pieds pour abreuver leurs animaux.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Le forage est un réel investissement mais peut vite être rentabilisé au regard des factures de consommation de l’eau de réseau », explique Maurice Dessert, éleveur de reproducteurs charolais à Marigny (03). Il a choisi d’installer un forage sur son exploitation en 2007. Comme lui, ils sont de plus en plus nombreux à choisir : « la plupart des laitiers et les éleveurs de porcs y sont quasiment totalement convertis. Plus de 50 % des éleveurs bovins sont également équipés dans l’Allier », explique Alain Audin, spécialiste en matériel agricole à Villeneuve-sur-Allier. « Je subissais les augmentations constantes de nos factures d’eau, poursuit Maurice Dessert. Une étude comparative par rapport au réseau publique de distribution d’eau potable nous a convaincus de lancer les travaux de forage ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1488, du 13 décembre, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.