Le Réveil Lozère 07 avril 2022 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Le Gaec des Rivières présente cinq brunes aux miss laitières

Le Gaec des Rivières, habitué des concours, présente son plus récent associé et cinq brunes aux miss laitières, le 9 avril à Aumont-Aubrac.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le Gaec des Rivières, habitué des concours, présente son plus récent associé et cinq brunes aux miss laitières, le 9 avril à Aumont-Aubrac.
Le Gaec des Rivières, habitué des concours, présente son plus récent associé et cinq brunes aux miss laitières, le 9 avril à Aumont-Aubrac. - © Marion Ghibaudo

En 2022, ce sont 130 animaux inscrits pour 50 éleveurs représentant quatre races qui se presseront sous la halle d'Aumont-Aubrac pour le concours des miss laitières organisé par la chambre d'agriculture, un événement attendu par les éleveurs du département.
Pierre Barbut a rejoint le Gaec familial en mai 2019. C'est, pour lui aussi, son premier concours miss laitières en tant qu'éleveur. Mais les vraies stars du jour, ce sont Palmia, Panama, Onyx, FB Sinaïa et la chouchoute du troupeau, Onlyone.
Palmia, Panama, Onyx et OnlyOne sont des vaches adultes (entre deux et trois ans), tandis que FB Sinaïa est une génisse âgée d'un an. Cette dernière, Pierre Barbut la possède en copropriété avec un ami, Thibault Fages, par ailleurs salarié agricole. « Nous possédons plusieurs vaches en commun, on a commencé à travailler ensemble en 2013 », explique l'éleveur.
Quant à Palmia et Panama, elles étaient à Paris pour le salon de l'agriculture : pour leur premier concours, elles ont terminé première et deuxième de section.
Même si Pierre Barbut espère que ses vaches seront remarquées lors de cette journée qu'il attend avec une certaine impatience, « le but, c'est de passer un bon moment tous ensemble », et « de motiver les éleveurs qui ont moins l'habitude des concours à s'y rendre ». Au total, ce sont onze élevages en race brune qui devraient présenter des bêtes aux miss laitières, avec une nouveauté : un prix pour les lots d'élevage. « C'est la première année que l'on va récompenser un lot, le syndicat a poussé pour ce prix, parce que c'est une vraie vitrine de la race, et ça permet de valoriser les élevages » Pour ouvrir au maximum d'élevage et d'éleveurs ce prix, il a été décidé que « pour concourir dans cette section, deux vaches adultes minimum devaient faire partie du lot ». Et c'est l'une des raisons qui ont permis à l'éleveur de s'assurer qu'Onyx et OnlyOne feront aussi partie du voyage. « OnlyOne est une très bonne vache, elle représente bien la race à mes yeux, c'est une meneuse dans le troupeau », sourit Pierre Barbut. Ces deux dernières participent ainsi à leur premier concours, « un beau challenge à relever ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.