Le Réveil Lozère 03 juin 2020 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le Gaec du Pasturagou, prêt à accueillir les randonneurs

Éléonore Deltour et Gilles Estevenon forment le Gaec Pasturagou. Au-delà de leur élevage laitier, les associés ont développé une activité d’agrotourisme, touchée par le confinement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Éléonore Deltour et Gilles Estevenon forment le Gaec Pasturagou. Au-delà de leur élevage laitier, les associés ont développé une activité d’agrotourisme, touchée par le confinement.
Éléonore Deltour et Gilles Estevenon forment le Gaec Pasturagou. Au-delà de leur élevage laitier, les associés ont développé une activité d’agrotourisme, touchée par le confinement. - © Marion Ghibaudo

Avant même les annonces de déconfinement du 2 juin, Éléonore Deltour et Gilles Estevenon avaient réfléchi aux meilleures façons d’accueillir du public, tout en suivant les recommandations sanitaires du moment.
Lovée dans les creux du lieu-dit Chabannes, à Fontans, l’exploitation se trouve proche de différents sentiers de randonnée, dont le GR 65 (le chemin de Saint-Jacques de Compostelles). Un circuit qui, chaque année, draine du monde : « en 2019, près de 13 000 personnes ont emprunté le GR 65 », relève Gilles Estevenon.
En 2018, les deux associés ont installé un accueil de jour sur leurs terres, pour permettre aux randonneurs de se reposer, et de restaurer avant de continuer leurs excursions. Et qui leur permettait aussi de vendre certaines de leurs productions auprès des marcheurs, notamment les savons naturels de la Margeride qu’Éléonore Deltour fabrique sur place.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.