Le Réveil Lozère 30 décembre 2019 à 16h00 | Par Marion Ghibaudo

Le GDS à l’aube d’une nouvelle décennie

Au moment du passage de relais entre Yannick Roubin, 33 ans comme directeur du GDS et sa successeur, Laure Gaillard, entrevue sur le GDS d’hier à demain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laure Gaillard succède à Yannick Roubin à la direction du GDS
Laure Gaillard succède à Yannick Roubin à la direction du GDS - © Marion Ghibaudo

Comment définissez-vous le GDS ?
Yannick Roubin : Le GDS, au départ, c’est une association d’éleveurs, créée par l’état pour accompagner la maîtrise et l’éradication des grandes maladies transmissibles à l’homme. Le GDS a toujours eu un président éleveur, un conseil d’administration formé à 80 % d’éleveurs qui arbitrent les choix.
Tout éleveur qui rentre dans cette maison, dans ce bureau, il est un peu le patron. Il est adhérent et on se doit de lui apporter des solutions, de l’écouter. Nous devons leur montrer que nous sommes complémentaires, partenaires et pas concurrents.

Laure Gaillard : Au-delà de communiquer pour faire connaître ce qu’on fait, j’ai à cœur que le GDS devienne un acteur incontournable de l’élevage dans sa globalité. Sans marcher sur les plates-bandes des autres, mais j’aimerais que l’éleveur, le jour où il a une question sur le sanitaire, il se dise, « je vais appeler le GDS ». Qu’on soit un référent là-dessus et qu’on puisse lui apporter l’information dont il a besoin.

 

Suite de l'entrevue à lire dans le Réveil Lozère n°1541, du 01 janvier 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui