Le Réveil Lozère 15 octobre 2022 a 12h00 | Par JG

Le gouvernement durcit le ton sur les pénalités logistiques

Les ministères de l'Agriculture et de l'Économie ont annoncé un moratoire sur les pénalités logistiques et pourraient aller jusqu'à les interdire définitivement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les ministères de l'Agriculture et de l'Économie ont annoncé un moratoire sur les pénalités logistiques et pourraient aller jusqu'à les interdire définitivement.
Les ministères de l'Agriculture et de l'Économie ont annoncé un moratoire sur les pénalités logistiques et pourraient aller jusqu'à les interdire définitivement. - © Guillaume Perrin/Archives

C'était une demande exprimée par les industriels depuis le début de la guerre en Ukraine. Le gouvernement s'est finalement résolu à appeler à un moratoire sur les pénalités logistiques « pour diminuer les fortes tensions subies par les entreprises », le 29 septembre. Cette mesure, non contraignante, durera « le temps de traverser, au moins, la crise énergétique que nous vivons », précise le ministère de l'Agriculture. Les ministres ont constaté de multiples « abus » dans l'application de ces sanctions infligées par la grande distribution aux industriels pour pénaliser des retards ou des anomalies dans les livraisons. Ils font état, entre autres, de l'« absence d'actualisation des conventions logistiques », de la « persistance de la déduction d'office des pénalités logistiques », de « dispositifs de contournement, de facturation ou de surcommande » et de « taux de services déraisonnables » (parfois 99 %). Selon l'Ania (industries alimentaires), les sanctions infligées en cas de retard peuvent atteindre 10 % de la valeur de la livraison.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.