Le Réveil Lozère 05 octobre 2022 a 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Le gouvernement officialise les paramètres présentés au CNGRA

Le décret officialisant les paramètres du futur dispositif de gestion des risques a été validé par les membres du CNGRA, annoncent les ministères de l'Économie et de l'Agriculture dans un communiqué le 30 septembre.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les membres du CNGRA avaient jusqu'à 10 h, ce même jour, pour se prononcer sur le texte. Le décret instaure un taux d'indemnisation publique dégressif pour les non-assurés, passant de 45 % en 2023 à 40 % en 2024, puis 35 % en 2025. Ce taux est de 90 % pour les agriculteurs ayant une assurance multirisques climatiques (MRC). Le seuil de déclenchement de la solidarité nationale est fixé à 50 % pour les grandes cultures (dont cultures industrielles et légumes) et pour la viticulture, et « à 30 % pour les autres productions notamment l'arboriculture et les prairies ». Le décret officialise l'application pleine et entière d'Omnibus pour toutes les filières (seuil et franchise subventionnable minimale de 20 %, taux de subvention de 70 % à la prime d'assurance). Il « intègre également la clause de revoyure annoncée par le président de la République à Terres de Jim, au-delà de 680 millions [d'euros] ». Avec ce paramétrage, le gouvernement estime être « au rendez-vous » du choc assurantiel demandé par le Caf.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.