Le Réveil Lozère 03 février 2021 a 09h00 | Par AG

Le gouvernement travaillerait sur des pistes d’amélioration de l’accord

Abonnez-vous Reagir Imprimer

En amont d’une réunion du comité de suivi de la politique commerciale le 4 février, le gouvernement a diffusé aux parties prenantes une note présentant ses pistes pour « répondre aux préoccupations soulevées par le projet d’accord UE-Mercosur ». Ce document de travail publié par Mediapart, et qu’Agra Presse s’est procuré, liste les améliorations que Paris souhaite voir demander par l’UE aux pays du Mercosur. Elles concernent deux domaines : les filières agricoles sensibles, ainsi que la déforestation et le climat. Dans le volet agricole, l’exécutif envisage quatre mesures : des audits pour « garantir l’application rigoureuse des normes SPS (sanitaires et phytosanitaires, NDLR) de l’UE par les filières des États du Mercosur » ; des « outils de suivi » permettant de déclencher la clause de sauvegarde ; la « révision de l’ensemble des tolérances à l’importation » (pour les résidus de produits phytos) ; et enfin des « mesures miroirs » pour appliquer aux produits importés « les mêmes standards de production que dans l’UE ». Autant de dispositifs difficilement applicables, notamment en raison des règles de l’OMC, selon la FNB (producteurs de bovins viande, FNSEA). « Personne n’est dupe, on essaie de nous faire avaler l’accord UE Mercosur », dénonce son président Bruno Dufayet, qui se dit « plus qu’inquiet ». Sur la déforestation, les mesures additionnelles sont « purement déclaratives et non contraignantes », déplore la Fondation Nicolas Hulot.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).