Le Réveil Lozère 09 septembre 2021 a 09h00 | Par MR

Le gouvernement veut muscler l'accompagnement des start-up agricoles

Julien Denormandie et Cédric O ont annoncé la création d'un dispositif intitulé French agri tech, qui doit améliorer la visibilité et l'accompagnement public des start-up agricoles et alimentaires françaises.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Julien Denormandie et Cédric O ont annoncé la création d'un dispositif intitulé French agri tech, qui doit améliorer la visibilité et l'accompagnement public des start-up agricoles et alimentaires françaises.
Julien Denormandie et Cédric O ont annoncé la création d'un dispositif intitulé French agri tech, qui doit améliorer la visibilité et l'accompagnement public des start-up agricoles et alimentaires françaises. - © T_Guillemot_- L'Agriculteur normand/Illustration

Le ministre de l'Agriculture et le secrétaire d'État au numérique ont réuni, le 30 août, les représentants des start-up agricoles françaises (Ferme digitale, Cofarming, Robagri, Wine Tech...) pour leur signifier le souhait du gouvernement de créer un slogan et un accompagnement public qui leur serait spécifique, intitulé French Agri Tech. Au travers de ce dispositif, Julien Denormandie et Cédric O veulent améliorer la visibilité de ces start-up et renforcer l'action de la mission French tech (équipe d'une dizaine de personnes accompagnant des start-up à Bercy) en agriculture, ont expliqué leur cabinet le lendemain à la presse. Après la Green tech (environnement) au printemps, l'agriculture serait le deuxième domaine à bénéficier d'un traitement spécifique au sein de la mission French Tech. L'accompagnement serait coordonné par le ministère de l'Agriculture.
Mais ce dispositif reste à établir. À cet effet, un mandat a été confiée au président de la Ferme digitale, Jérôme Le Roy, pour recenser les besoins des start-up agricoles, avec pour objectif de finaliser le dispositif d'ici la fin de l'année. « Notre mission est d'écrire une vision pour la French Agri Tech, de recenser les différents défis, qu'ils concernent le Cofarming, les robots, le vin ou les données... et de faire des propositions d'animation de ce mouvement », explique Jérôme Le Roy.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.