Le Réveil Lozère 26 août 2020 à 10h00 | Par AG

Le gouvernement veut relever durablement le plafond de prélèvement à 19 %

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans un projet d’arrêté en consultation publique jusqu’au 13 septembre, le gouvernement prévoit de fixer à 19 % le pourcentage maximal de loups pouvant être tués chaque année (+2 % si ce seuil est atteint en cours d’année), contre 17 % aujourd’hui (+2 %). Dans le nouveau cadre, à partir d’un seuil de 17 %, seuls resteraient autorisés les tirs de défense, ainsi que les tirs de prélèvement dans les zones difficilement protégeables. Le plafond de prélèvement actuel est le fruit d’une expérimentation lancée en 2019 et reconduite en 2020, face à l’augmentation de la population lupine (580 individus au dernier comptage). L’arrêté en consultation (dit arrêté « plafond ») fait partie d’un « dispositif pérenne » établi « sur la base du bilan de cette expérimentation », peut-on lire sur le site du ministère de la Transition écologique consacré aux consultations publiques. Également en consultation, un deuxième texte (dit arrêté « cadre ») fait évoluer les conditions d’autorisation des tirs, afin de « concentrer les moyens d’intervention sur les élevages ou territoires les plus touchés ». Il renforce l’encadrement des tirs de défense renforcée afin d’éviter les tirs doublés susceptibles de déstabiliser une meute. Ce projet d’arrêté instaure aussi un seul type de prélèvement (contre deux auparavant), limité aux cas de « dommages exceptionnels », mais aux modalités élargies (autorisation valable trois mois au lieu d’un, période de tir débutant le 1er juillet au lieu du 1er septembre).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui