Le Réveil Lozère 07 octobre 2020 a 09h00 | Par AG

Le gouvernement veut une ordonnance pour fixer la gouvernance du Feader

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un amendement déposé en vue de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi Ddadue (adaptation au droit européen) qui doit débuter le 7 septembre, le gouvernement propose de prévoir une habilitation à agir par ordonnance pour fixer la gouvernance du Feader (2nd pilier) de la prochaine Pac. Le gouvernement justifie un tel dispositif, car « le délai dans lequel seront élaborés les projets de règlements européens pourrait en effet ne pas [lui] permettre de présenter un projet de loi dans un calendrier compatible avec le calendrier d’instrumentation et de paiement des aides de la Pac aux bénéficiaires ». Sur le fond, pas de surprise ; le texte annonce que le gouvernement se conformera à ce qui avait été arrêté par Édouard Philippe fin 2019, au grand dam de Régions de France. À l’issue d’un comité État-Régions en octobre 2019, Matignon avait prévu de leur retirer la gouvernance de certaines aides du 2nd pilier pour la prochaine Pac, alors que les régions les géraient toutes depuis 2014. Les régions seraient en charge des mesures non-surfaciques (aides à l’investissement, aides à l’installation), et l’État en charge des mesures surfaciques (MAEC, bio…) Le gouvernement conclut en assurant que les Régions « disposeront de l’ensemble des moyens associés (transfert ETPT et crédits). »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.