Le Réveil Lozère 22 décembre 2020 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Le groupement d’employeurs Margeride et vallée : un pari réussi

Le groupement d’employeurs sis à la Villedieu, constitué en 2018, a mis deux ans à trouver son rythme de croisière. En 2020 tout est en place, et les six agriculteurs se partagent un salarié sur leurs exploitations respectives, soutenus par Agri-emploi.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Arnaud Bestion (à gauche), président du groupement d’employeurs Margeride et vallée et son frère.
Arnaud Bestion (à gauche), président du groupement d’employeurs Margeride et vallée et son frère. - © Marion Ghibaudo

« L’avantage d’un groupement d’employeurs, c’est que l’on n’a pas la charge d’un salarié à l’année sur une exploitation, et c’est modulable entre les adhérents », explique Arnaud Bestion, président du groupement d’employeurs Margeride et vallée, qui se dit convaincu par cette formule. « Ce serait compliqué de revenir en arrière », déclare le président du groupement.
L’histoire commence en mai 2018, lorsque Arnaud Bestion participe à une réunion présentant les groupements d’employeurs avec d’autres agriculteurs de la Margeride. Intéressé par l’idée et son potentiel, Arnaud Bestion fédère les cinq autres agriculteurs présents à cette première réunion, et ils commencent les démarches pour constituer un groupement d’employeurs.
Arnaud Bestion a rapidement été désigné président du groupement. « Parce que je reçois tous les appels, du coup », s’amuse-t-il. Même s’il assure qu’aujourd’hui, « tout roule, et qu’il a très peu de coups de fil ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).