Le Réveil Lozère 01 juillet 2020 a 10h00 | Par YG

Le jambon cuit, avant tout français, forcément européen

Alors que le ministre de l'Agriculture annonce une grande conférence de rentrée sur la souveraineté alimentaire, l'équipe d'Agra Presse décrypte l'origine de produits alimentaires emblématiques, tels que le jambon cuit.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Alors que le ministre de l'Agriculture annonce une grande conférence de rentrée sur la souveraineté alimentaire, l'équipe d'Agra Presse décrypte l'origine de produits alimentaires emblématiques, tels que le jambon cuit.
Alors que le ministre de l'Agriculture annonce une grande conférence de rentrée sur la souveraineté alimentaire, l'équipe d'Agra Presse décrypte l'origine de produits alimentaires emblématiques, tels que le jambon cuit. - © Inra/Bertrand Nicolas

Les Français aiment (trop) le jambon. Plus exactement le jambon cuit : avec 185 000 tonnes en 2019, ce produit phare concentre 23 % des ventes de charcuterie. Face à cette sur-consommation de jambon, des importations - à hauteur de 20 % - sont structurellement nécessaires pour couvrir les besoins. Mais, en ce qui concerne les moyens de production mis en oeuvre de l'amont à l'aval, « la filière porcine est largement autonome », estime Boris Duflot, directeur du pôle économique de l'Ifip (Institut du porc).
À la fois importatrice et exportatrice, « la France est autosuffisante en porc à 103 % », remarque Didier Delzescaux, le directeur d'Inaporc (interprofession). « La filière bénéficie du commerce international pour exporter des pièces de viande, du savoir-faire, du matériel, de la génétique », note Boris Duflot, insistant sur le besoin de « réciprocité dans les échanges ». Tour d'horizon d'une production insérée de longue date dans les marchés mondiaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.