Le Réveil Lozère 26 février 2020 a 09h00 | Par Marion Ghibaudo

Le maraîchage : une alternative de développement

Mercredi 19 février se tenait une réunion d’information, à l’initiative de la chambre d’agriculture de Lozère, sur le « développement des productions végétales en vallée du Lot à destination de la restauration hors domicile ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Sous l’égide de Christophe Roux, responsable formation, coordonnateur du CEPPP et de l’Afal et en charge de la promotion de l’agriculture et communication ; de Maxime Colomb, conseiller spécialisé en agriculture biologique et Florie-Anne Wiel, conseillère d’entreprise, la réunion a posé les bases du développement du maraîchage en Lozère. Ils étaient soutenus par Étienne Rocheteau, maraîcher installé à Chirac depuis dix ans.
La quinzaine d’agriculteurs présents, éleveurs en quête de diversifications, maraîchers en cours d’installation ou installés et qui sont à la recherche de nouveaux marchés, ont pu poser les bases d’une réflexion qui prend en compte à la fois les moyens de production nécessaire et les différents marchés qui pourraient être prospectés. « C’est un marché à concevoir en soi, ce n’est pas un exutoire », a prévenu Florie-Anne Wiel, dans sa présentation des investissements nécessaires et rendements espérés. Une étude et une évaluation menée suite à un appel à projet de la Draaf sur les enjeux du maraîchage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si les choses en restent là, on devrait pouvoir maîtriser complètement cette épizootie, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des semaines de travail

a souligné tout en prudence Fabienne Buccio, la préfète de Gironde et de Nouvelle Aquitaine, lors de ses vœux à la presse à Bordeaux, d’après l’AFP.