Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Le Massif central a de solides arguments à faire valoir

Pour répondre aux enjeux de souveraineté alimentaire et d’alimentation durable, le modèle agricole du Massif central a une longueur d’avance, selon les professionnels de la Copamac-Sidam, à condition qu’il bénéficie d’une Pac ambitieuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Patrick Escure, Christine Valentin, Patrick Bénézit et Léa Geneix, directrice du Sidam.
De gauche à droite : Patrick Escure, Christine Valentin, Patrick Bénézit et Léa Geneix, directrice du Sidam. - © SC

Être force de proposition au niveau du Massif central autour d’une feuille de route partagée par les départements de cette grande région. Telle est l’ambition du livre blanc de l’agriculture du Massif central, imaginé pour la première fois en 2008, puis réactualisé au gré des différentes échéances de réforme de la PAC. L’actuelle réforme de la politique agricole commune qui devrait rentrer dans sa phase de négociation à l’automne, les récentes conclusions de la convention citoyenne sur le climat, et la grande conférence européenne sur la souveraineté alimentaire annoncée par le Gouvernement pour la rentrée prochaine…sont autant de rendez-vous stratégiques qui pointent tous dans une même direction : maintenir les capacités de production de la France et de l’Europe, et valoriser les systèmes agricoles familiaux et résilients à l’origine de nombreux services rendus à l’environnement. Les agriculteurs du Massif central veulent profiter de « cet alignement des planètes » pour dire et redire à quel point leur modèle est vertueux. « La communication sur nos positions est engagée auprès des députés, des sénateurs et auprès des élus européens. Elle doit désormais s’intensifier », estiment Christine Valentin et Patrick Bénézit, le duo à la tête du Sidam et de la Copamac. Pour eux, le premier préalable indispensable c’est d’obtenir un budget de la Pac ambitieux, comprenez, a minima au moins équivalent en euros courants à la précédente période. Ensuite, les professionnels défendent quatre axes stratégiques : soutenir les prix ; compenser les écarts et reconnaître l’existant ; garantir la sécurité des exploitations ; et enfin installer et investir.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui