Le Réveil Lozère 04 janvier 2023 a 09h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le ministère planche sur la délégation de davantage d’actes aux auxiliaires

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Nous devons former davantage de vétérinaires mais également leur permettre de se recentrer sur des actes vétérinaires à plus forte valeur ajoutée », a déclaré le ministre de l’Agriculture dans une interview accordée à La Dépêche vétérinaire. Il précise que ses services travailleront en 2023 sur « le chantier de la délégation des actes aux auxiliaires spécialisés vétérinaires (ASV) […] dans un objectif d’optimisation du travail des vétérinaires dans les établissements de soins vétérinaires canins et mixtes ». La possibilité de déléguer des actes sur les animaux de compagnie aux auxiliaires spécialisés vétérinaires sera intégrée aux réflexions sur la loi d’orientation agricole afin de libérer du temps aux vétérinaires exerçant également auprès des animaux de production, avait annoncé le ministre dans un discours prononcé devant les professionnels, le 29 novembre, en clôture de la Journée nationale vétérinaire. Le manque de rentabilité de l’exercice de la médecine vétérinaire rurale, au regard des contraintes (gardes, urgences, déplacements…) et par rapport à une activité auprès des animaux de compagnie, est l’un des principaux moteurs de la désertification vétérinaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Votez favorablement pour le classement de votre commune en Natura 2000 et il n’y aura aucune contrainte

avait dit le ministère de l’agriculture. Dans les années 2010, les conseils municipaux avaient été invités à délibérer sur les zones Natura 2000.