Le Réveil Lozère 06 mai 2020 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Le ministre de l’Agriculture tape du poing

Devant la baisse injustifiée de la rémunération de la production de la filière bovine, le ministre a décidé de réagir.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, a décidé de réunir les acteurs de la filière pour trouver des solutions à la situation.
Le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume, a décidé de réunir les acteurs de la filière pour trouver des solutions à la situation. - © Sipa/Gutner - Illustration

La baisse majeure des cours entraînant une mauvaise rémunération des éleveurs a mis la filière à genoux, en pleine crise sanitaire. Un problème que le ministère de l’Agriculture, par la voix du ministre Didier Guillaume a décidé de prendre à bras-le-corps, le considérant comme un « enjeu majeur ». « Je suis alerté par la situation dramatique des éleveurs bovins allaitants », explique Didier Guillaume dans un communiqué de presse.
« On ne peut que se féliciter de la réaction du ministre de l’agriculture » souligne Jean-François Maurin, président de la FDSEA. « Depuis le début de la crise sanitaire, certains intermédiaires profitent de la situation pour faire baisser les prix et se moquer de l’application de la loi Égalim », note ce dernier, pour qui cette intervention bien que tardive « était nécessaire ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).