Le Réveil Lozère 03 novembre 2021 a 09h00 | Par BC

Le ministre Julien Denormandie à l’écoute de l’agriculture de montagne

Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie était au Grand-Bornand en Haute-Savoie le 21 octobre pour participer au congrès de l’Anem (Association nationale des élus de la montagne).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le sujet des prédateurs était évoqué à la première table ronde consacrée à l’agriculture et au pastoralisme lors du congrès de l’Anem le 21 octobre au Grand-Bornand.
Le sujet des prédateurs était évoqué à la première table ronde consacrée à l’agriculture et au pastoralisme lors du congrès de l’Anem le 21 octobre au Grand-Bornand. - © BC

Les maires des communes françaises de montagne étaient réunis en Congrès national les 21 et 22 octobre au Grand-Bornand en Haute-Savoie. Plusieurs thèmes de travail ont rythmé ces deux journées, de l’avenir du tourisme à la couverture en téléphonie mobile, en passant par l’entretien des cours d’eau ou encore le développement des énergies renouvelables. Les sujets agricoles et ruraux ont occupé une place centrale lors de ce 37e congrès de l’Anem, à la hauteur de leur importance dans l’économie montagnarde.

Le lait de montagne cherche des bras
Le ministre de l’Agriculture s’était déplacé pour intervenir lors de la première table ronde consacrée à l’agriculture, au pastoralisme et à la forêt. À ses côtés, Marie-Louise Donzel-Gonet, présidente de l’AOP reblochon et vice-présidente du Département de la Haute-Savoie en charge de l’agriculture, s’est faite le porte-parole de la profession. Après avoir souligné l’importance des financements publics pour moderniser les équipements en alpage, elle l’a interpellé sur plusieurs problématiques qui touchent concrètement le quotidien des producteurs de montagne. « Nous avons un impérieux besoin de main-d’œuvre dans nos filières laitières. Nos agriculteurs sont submergés par le travail. Ils trouvent de moins en moins de temps pour partir en vacances ou s’engager dans la vie associative, au risque de se couper de la société et de mettre en péril des transmissions. Il nous faut des dispositifs spécifiques pour faciliter l’embauche et l’apprentissage », a-t-elle souligné. Le ministre a rappelé toutes les initiatives menées au niveau national pour intéresser les jeunes à s’orienter vers l’agriculture : « nous essayons tout, jusqu’à parrainer des jeux vidéo, car une partie du public cible se trouve là ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.