Le Réveil Lozère 09 novembre 2022 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Le mois du doc, entre passion et savoir-faire

Mercredi 6 novembre, dans le cadre du lancement du mois du film documentaire qui existe depuis plus de 20 ans, la maison de pays de Rieutort-de-Randon a diffusé le premier documentaire consacré à l'agriculture. La diffusion a été suivie d'un débat avec le public venu nombreux, et en présence des conseillers départementaux Robert Aigoin et Johanne Trioulier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mercredi 6 novembre, dans le cadre du lancement du mois du film documentaire qui existe depuis plus de 20 ans, la maison de pays de Rieutort-de-Randon a diffusé le premier documentaire consacré à l'agriculture. La diffusion a été suivie d'un débat avec le public venu nombreux, et en présence des conseillers départementaux Robert Aigoin et Johanne Trioulier.
Mercredi 6 novembre, dans le cadre du lancement du mois du film documentaire qui existe depuis plus de 20 ans, la maison de pays de Rieutort-de-Randon a diffusé le premier documentaire consacré à l'agriculture. La diffusion a été suivie d'un débat avec le public venu nombreux, et en présence des conseillers départementaux Robert Aigoin et Johanne Trioulier. - © Marion Ghibaudo

« C'est utopique de vouloir vivre comme ça ! » lance un spectateur lors du débat. « Nous, on est un public averti, mais montrez ça à un public urbain, et ils croiront que c'est la bonne manière de faire de l'agriculture », s'insurge un second. Ce qui attire ainsi leur inimitié ? Le film choisi pour le lancement en Lozère du mois du film documentaire, intitulé La terre du milieu et filmé par Juliette Guignard, qui suit une agricultrice, Camille, qui tente de s'affranchir du système agricole actuel : peu de mécanisation, rejet des normes agricoles, etc. Élever ses trois enfants, prendre soin de ses animaux et de ses plantes sera toujours plus important que le rendement, dit-elle, en substance devant la caméra.
De l'aveu même de la médiathèque de Lozère, qui a choisi ce documentaire : « il était fait pour faire réagir les spectateurs ». Et du débat, il y en a eu, d'autant plus que les animateurs avaient choisi d'inviter deux agricultrices locales, venues partager leurs expériences : Emmanuelle Lavabre et Florence Tardieu. La première, installée depuis 2020 à Malassagne, s'est lancée dans l'élevage de poules pondeuses, après avoir vécu une première carrière comme monitrice éducatrice. La seconde, après avoir été salariée pendant vingt ans, a décidé de rejoindre l'installation de son mari, Philippe Tardieu, pour s'occuper d'un élevage de chèvres laitières bio dont le lait est en partie transformée sur place (yaourts, fromages, etc.). L'autre partie du lait produit sur la ferme est livré à une coopérative.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.