Le Réveil Lozère 15 juillet 2020 a 11h00 | Par Propos recueillis par Ivan Logvenoff

« Le monde agricole ne sera pas plus affecté que les autres »

Alors que le projet de réforme du Cese a été présenté lors du premier Conseil des ministres mené par Jean Castex le 7 juillet, Patrick Bernasconi, président du Cese, explique les détails de ce projet. La diminution du nombre de conseillers de 230 à 175, précise-t-il, ne remettra pas en cause la représentativité du monde agricole.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Patrick Bernasconi, président du Cese.
Patrick Bernasconi, président du Cese. - © Mathieu Robert

Quel est l’objectif de cette réforme ?
Cette réforme nous permettra réellement d’être le trait d’union entre les citoyens et l’exécutif. Nous aurons de nouvelles possibilités pour mettre en place des concertations avec tirage au sort, dans l’esprit de la convention citoyenne sur le climat.
Les modalités de saisine ont également été simplifiées, et les 500 000 signatures nécessaires deviendront numériques, ce qui permettra de nous solliciter plus facilement.
Et puis, dans cette nouvelle formule, le président de la République ne nommera plus personne. Ce sera donc un Cese plus ouvert, plus représentatif de la société civile organisée, et un véritable trait d’union entre cette société et l’exécutif.
Quelle a été votre rôle dans la construction de cette réforme ?
Nous travaillons sur ce projet depuis qu’Emmanuel Macron a montré sa volonté de réformer notre institution, c’est-à-dire depuis plus de trois ans. Nous avons notamment clarifié le rôle de notre assemblée par rapport aux deux autres, pour les rendre complémentaires. Afin de garantir cette complémentarité, certains éléments du premier projet ont donc disparu, comme la saisine automatique du Cese pour tout projet de loi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.