Le Réveil Lozère 22 janvier 2020 a 09h00 | Par NO

Le monde agricole se veut résolument ouvert

Avec son slogan « L’agriculture vous tend les bras », le Salon international de l’agriculture veut faire passer deux messages : elle recrute à tous les niveaux de formation et elle est ouverte au dialogue.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
De gauche à droite Valérie Leroy, directrice du Sia, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, Jean-Luc Poulain, président du Sia, et Pierre Cornu, historien, lancent le 56e Salon international de l’agriculture.
De gauche à droite Valérie Leroy, directrice du Sia, Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, Jean-Luc Poulain, président du Sia, et Pierre Cornu, historien, lancent le 56e Salon international de l’agriculture. - © N. Ouvrard

Le prochain Salon international de l’agriculture qui aura lieu du 22 février au 1er mars à Paris, devrait se dérouler dans une atmosphère « plutôt apaisée » selon Jean-Luc Poulain, président du Salon de l’agriculture (Sia) et du Ceneca, même s’il reconnaît qu’il y a beaucoup d’incompréhension entre le monde rural et urbain, le monde agricole et non-agricole. « L’agriculture vous tend les bras ». Tel est le slogan de cette 56e édition du Sia. « Nous voulons expliquer à nos concitoyens que s’ils souhaitent en faire leur métier, l’agriculture est ouverte, poursuit Jean-Luc Poulain. Quelles que soient les productions, et quels que soient les niveaux de formation, on a besoin de compétences. » Ce besoin de main-d’œuvre est d’autant plus vrai que de nombreux agriculteurs s’orientent vers la transformation et la commercialisation de leurs produits.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.