Le Réveil Lozère 31 juillet 2019 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère

Le montant de l’aide ovine 2018 révisé à la baisse, de 25 centimes par tête

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Un arrêté ministériel paru au JO le 26 juillet révise a posteriori le montant de l’aide ovine à 22,05 euros par tête (contre 22,3 euros précédemment) en France métropolitaine. Ces aides de la campagne 2018 ont déjà été versées aux éleveurs. Cette baisse s’explique par une rectification technique qui n’est pas inhabituelle : « L’enveloppe de ces aides est fixe et le nombre de brebis éligibles s’est sûrement avéré plus important que prévu, ce qui réduit le montant unitaire », avance-t-on à la FNO (éleveurs ovins). La prédation par le loup peut aussi avoir un effet. Les éleveurs prédatés peuvent ne pas atteindre le taux de productivité requis pour prétendre aux aides (0,5 agneau vendu par brebis et par an). Dans ce cas, ils peuvent demander une dérogation pour bénéficier de l’aide ovine, qui est généralement acceptée. En 2018, l’enveloppe de l’aide ovine et caprine représentait environ 111 M €. Le gouvernement a deux possibilités pour récupérer la différence : demander aux éleveurs de rembourser le trop-perçu ou diminuer d’autant les aides 2019 qui seront versées à l’automne (hypothèse la plus probable).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.