Le Réveil Lozère 27 mai 2020 � 09h00 | Par Marion Ghibaudo

« Le Net’traite a réglé les problèmes de coliformes »

Jean-Luc Boulet est éleveur de brebis depuis 1994. Une tradition familiale qui remonte au grand-père, sur le causse de Sauveterre. En 2018, l’agriculteur a bénéficié du diagnostic Net’traite, ce qui lui a permis de régler des problèmes de mammite récurrents.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Jean-Luc Boulet est éleveur de brebis depuis 1994. Une tradition familiale qui remonte au grand-père, sur le causse de Sauveterre.
Jean-Luc Boulet est éleveur de brebis depuis 1994. Une tradition familiale qui remonte au grand-père, sur le causse de Sauveterre. - © Marion Ghibaudo

Ses 500 brebis, Jean-Luc Boulet en prends soin sur ses 450 hectares. Il destine leur lait à Roquefort. Un partenariat qui remonte aux débuts de Jean-Luc Boulet. « On a aussi travaillé avec Fédou, jusqu’en 2012 », décrit l’agriculteur qui note qu’ils ont déjà eu plus de 800 brebis sur place. En 2012, le Gaec de Sauveterre décide de vendre le troupeau Fédou pour se recentrer sur Roquefort seulement. Élevées en conventionnel, les brebis sont bichonnées pour répondre à un cahier des charges précis et « avoir la meilleure qualité de lait possible », explique Jean-Luc Boulet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression