Le Réveil Lozère 19 octobre 2022 a 09h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le nouvel indicateur beurre-poudre attendu pour début mars

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Les différents collèges de l'interprofession du lait (Cniel) travaillent à l'élaboration d'un nouvel indicateur beurre-poudre « avec l'objectif de le publier début mars », a indiqué le président de la Coopération laitière, Pascal Le Brun, à Agra presse. L'indicateur beurre-poudre, utilisé dans les formules de prix du lait, n'est plus publié par le Cniel depuis le mois d'avril, faute d'accord entre les collèges. Il correspond à la valorisation du lait commercialisé sur les marchés du beurre et de la poudre de lait, moins les frais de collecte et de transformation. La discorde au sein de l'interprofession part d'une étude commandée par l'Atla (association des transformateurs privés et coopératifs) à un cabinet extérieur pour évaluer les frais de transformation, qui n'ont pas été révisés depuis 2011. L'étude concluait à un relèvement des coûts de transformation de 47,70 EUR pour mille litres. Sans attendre un vote unanime, les principaux transformateurs ont adopté ce correctif, alors que la loi Egalim prévoit que les indicateurs soient consensuels. L'industrie laitière estimait en effet que l'ancienne valorisation était en décalage avec la réalité de ses coûts de production. Un constat partagé avec les représentants des producteurs qui soulignaient cependant des « faiblesses » dans l'étude en question. « Ce nouvel indicateur sera plus solide », assure Pascal Le Brun. Il souhaite que l'indice beurre-poudre soit « révisé régulièrement », idéalement chaque trimestre. Le collège des producteurs, représenté par la FNPL, est lui plus favorable à une révision annuelle, sur le même rythme que l'indicateur des coûts de production agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.