Le Réveil Lozère 20 janvier 2021 a 09h00 | Par AG

Le Parlement européen peine à prendre position

Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique.
Avec deux co-rapporteurs aux opinions radicalement opposées, le projet de position du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » s'en tient à ce stade à de grandes généralités sans réellement se prononcer sur les propositions de la Commission concernant la réduction des pesticides ou les surfaces en agriculture biologique. - © Dati Bendo - EC - Audiovisual Service

Par souci de compromis, le projet de résolution du Parlement européen sur la stratégie « de la ferme à la table » trouvé entre les co-rapporteurs des commissions compétentes - la Néerlandaise du Parti des animaux Anja Hazekamp pour la commission de l'Environnement (Comenvi) et le démocrate-chrétien italien Herbert Dorfmann pour la commission de l'Agriculture (Comagri) - ne prend pas réellement position sur les propositions les plus emblématiques de la Commission (réduction de 50 % des pesticides, 25 % de surfaces bio en 2030...). « Les deux rapporteurs choisis par les deux commissions pour travailler ensemble ne pouvaient être plus différents », commente d'ailleurs le think tank Farm Europe. Résultat, pour l'instant, les deux parlementaires se contentent dans leur projet de se féliciter « de la décision de réviser la directive sur l'utilisation durable des pesticides et des objectifs de réduction des pesticides, des engrais et des antibiotiques », insistant « pour que chaque État membre établisse des objectifs de réduction quantitatifs solides, accompagnés de mesures de soutien bien définies garantissant la responsabilité à tous les niveaux pour contribuer à la réalisation de ces objectifs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Le projet prévoirait, dans une phase de transition, l’accompagnement de chaque collaborateur et un soutien individualisé aux éleveurs

expliquait Danone dans un communiqué, suite à son annonce de la conversion de sa laiterie de Villecomtal-sur-Arros (Gers) en usine de boissons végétales.