Le Réveil Lozère 30 octobre 2021 a 08h00 | Par AG

Le Parlement européen soutient les objectifs ambitieux de Bruxelles

Chahutée mais finalement adoptée, la position du Parlement européen sur la stratégie De la ferme à la table confirme les grands objectifs fixés par la Commission européenne pour rendre la chaîne alimentaire de l'UE plus durable.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Stella Kyriakides, commissaire pour la santé et la sécurité alimentaire, participe à la conférence « De la ferme à la fourchette : Construire des systèmes alimentaires durables ensemble ».
Stella Kyriakides, commissaire pour la santé et la sécurité alimentaire, participe à la conférence « De la ferme à la fourchette : Construire des systèmes alimentaires durables ensemble ». - © Jennifer Jacquemart - UE

Malgré les remous qui ont précédé le vote, le Parlement européen a finalement validé (par 452 voix contre 170 et 76 abstentions), le 19 octobre dans la soirée, sa position sur la stratégie de la Ferme à la table confirmant les objectifs fixés par la Commission européenne. Et même s'il n'a aucune portée légale, ce rapport envoie un signal à la Commission européenne. Les débats houleux qui ont animé les discussions avant l'adoption du texte, autour de la question des études d'impact en particulier, n'ont pas dénaturé le texte sur le fond. Il maintient des objectifs contraignants pour l'utilisation de pesticides et appelle les États membres à définir ces objectifs dans le cadre de leurs plans stratégiques de la future Pac. Les eurodéputés demandent néanmoins une évaluation des effets cumulatifs des différentes mesures de la stratégie afin de s'assurer que le rapport coût-efficacité et les conséquences involontaires soient pris en compte.

De la Ferme à la table : le Parlement européen adopte un projet critiqué
« Les tentatives de vider le texte » de sa substance n'ont pas abouti, « un cap clair pour l'avenir de l'agriculture est fixé ! », s'est félicité l'eurodéputé des Verts Benoit Biteau. Au contraire de la parlementaire démocrate-chrétienne (PPE) Anne Sander, qui a indiqué avoir « voté contre » cette stratégie : « Nos tentatives de rééquilibrage du texte prenant en compte les incertitudes existant sur son impact ont été rejetées par une majorité. Je refuse de donner un blanc-seing à la Commission qui ne joue pas franc jeu », a-t-elle réagi. Parmi les 170 députés qui ont voté contre figurent des élus du groupe PPE, des groupes conservateur (ECR) et eurosceptiques (ID). Par ailleurs, les 76 qui se sont abstenus se comptent essentiellement dans les rangs du PPE et de l'ECR.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.