Le Réveil Lozère 26 février 2020 a 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Le pays du Gévaudan s’engage en faveur de la transition écologique

La signature d’un contrat de transition écologique va permettre au pays du Gévaudan de développer des projets durables autour de « Plantes et santé », mais pas seulement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Marie-Pascale Vincent

« C’est grâce aux acteurs du territoire, à l’impulsion qu’ils nous ont donné en montant des projets et en nous demandant de les accompagner que nous sommes aujourd’hui réunis pour valider ce contrat de transition écologique (CTE) », s’est réjoui Jean-Paul Pourquier, président du Pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du pays du Gévaudan, à l’occasion de sa signature, le jeudi 20 février à Marvejols. Outre l’engagement de la collectivité et de l’État, ce dernier a également fait l’objet d’une charte validée par les partenaires locaux.
Avec des missions sur l’accueil et le maintien de populations, l’animation du dispositif de financements européen Leader, etc., le pays du Gévaudan-Lozère s’implique sur des actions locales favorisant le développement du territoire. « Le territoire du PETR comprend une zone artisanale de haute qualité environnementale à La Tieule. Un projet de photovoltaïque au sol a vu le jour et plusieurs initiatives répondant aux critères des CTE sont venues s’y greffer », a ajouté le président.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).