Le Réveil Lozère 07 avril 2022 a 12h00 | Par Sophie Chatenet

Le péril de la faim justifie les moyens

A Besançon, les agricultrices et agriculteurs du réseau FNSEA, réunis en congrès, ont martelé un message clair : pas de souveraineté alimentaire sans soutien.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Patrick Benezit à la tribune lors du congrès de la FNSEA.
Patrick Benezit à la tribune lors du congrès de la FNSEA. - © SC

Crise Covid et guerre en Ukraine ont largement alimenté les débats du congrès de la FNSEA, qui s'est déroulé la semaine dernière dans le Doubs. Outre les temps de recueillement organisés en hommage au peuple ukrainien, toutes les régions ont dit à quel point ces événements géopolitiques mettent en exergue la nécessité de produire, « pour nourrir mais pas à n'importe quel prix, ni dans n'importe quelles conditions ». « Après de nombreuses années de propositions, d'explications et de manifestations, nous avons enfin une loi qui inverse la construction du prix à la production en France. Individuellement ou collectivement, les agriculteurs doivent demander un prix qui colle à leurs coûts de production », a indiqué Michel Joux, président de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. Et d'estimer qu'il faut parfois agir de manière plus musclée pour faire bouger les lignes : « on l'a fait récemment devant les centrales d'achat et les supermarchés. Avec la hausse des charges et les négociations commerciales rouvertes, il faudra peut-être y retourner. Ne lâchons pas une miette sur ce sujet ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.