Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 11h00 | Par PNR Aubrac

Le PNR transfère l’expérience de trois années aux agriculteurs

À l’heure où les éleveurs constatent une nouvelle vague de pullulation de campagnols terrestres qui débute, chacun doit connaître les différents moyens de prévenir le problème.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © PNR Aubrac

Le parc naturel régional de l’Aubrac, avec l’appui technique des Fredons (fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) a organisé en décembre, des rencontres, à Brion et à Chaudes-Aigues, à destination des agriculteurs du territoire.
Malgré une participation qui reste à consolider, une quinzaine d’agriculteurs ont pris connaissance des principes et outils pour une lutte réussie : c’est la condition pour mettre à l’abri la ressource fourragère et préserver la flore et l’écosystème des prairies.
La lutte directe, l’adaptation des pratiques agricole et l’appui à la lutte biologique (prédation) doivent être mises en place de manière durable et coordonnée : elles sont soutenues dans le cadre d’un contrat de lutte de cinq ans avec les Fredon et grâce à une indemnisation annuelle de 75 % des frais de lutte. Dès maintenant, un collectif d’agriculteurs s’organise pour se former et envisager des commandes groupées de matériel. Une dynamique à encourager et à maintenir lorsque la pullulation sera passée.
Concernant le campagnol, le mot d’ordre est plus que jamais : « mieux vaut prévenir que guérir ».

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 16 janvier 2020, en page 03.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui