Le Réveil Lozère 08 décembre 2021 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Le pôle agri-alimentaire de Saint-Julien-des-Points a été inauguré

Vendredi 26 novembre, les élus locaux et du département, ainsi que le conseil départemental ont inauguré le pôle agri-alimentaire de Saint-Julien-des-Points.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vendredi 26 novembre, les élus locaux et du département, ainsi que le conseil départemental ont inauguré le pôle agri-alimentaire de Saint-Julien-des-Points.
Vendredi 26 novembre, les élus locaux et du département, ainsi que le conseil départemental ont inauguré le pôle agri-alimentaire de Saint-Julien-des-Points. - © Conseil départemental

Après plus d’un an de travaux, le pôle agri-alimentaire de Saint-Julien-des-Points va pouvoir accueillir des producteurs locaux. « Le territoire du sud Lozère dispose désormais d’un outil structurant pour répondre aux besoins des éleveurs et producteurs pour pouvoir transformer leurs produits localement », s’est réjoui la présidente du conseil départemental, Sophie Pantel lors de l’inauguration. Porté par la communauté de communes des Cévennes-au-Mont-Lozère et le syndicat des hautes vallées cévenoles depuis 2017 et dont les travaux ont débuté en 2019, le projet a été accompagné par le conseil départemental dans le cadre de l’aide à l’immobilier d’entreprise, pour les équipements fixes (cloisons isothermes, froid industriel, plonges, rail de manutention, soit tout ce qui relève de la compétence de la communauté de communes), à hauteur de 30 000 €. La région accompagne aussi ce projet, notamment la partie de transformation agroalimentaire, dans le cadre du contrat agroviti stratégique, adopté par la région Occitanie en 2017 pour « des besoins d’investissement ponctuels des PME agroalimentaires ».
Le pôle agri-alimentaire compte quatre ateliers : une brasserie, un local pour la transformation de châtaignes, une partie pour l’abattage de volailles et de la découpe et transformation de viandes. Pour la présidente du conseil départemental, « ce pôle va permettre de développer de nouvelles filières et de structurer les filières existantes, toujours avec l’objectif de relocaliser l’agriculture et l’alimentation, et de créer de la valeur ajoutée sur le territoire. C’est aussi un outil grâce auquel des emplois directs et indirects seront confortés et développés ». Ce chantier, qui au total devrait coûter plus de 2,7 millions d’euros, va permettre à quatre productions différentes de venir transformer leurs produits sur place.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.