Le Réveil Lozère 19 juin 2019 a 10h00 | Par Agrijuris

Le prêt à usage ou commodat

Mon propriétaire vient de m’informer qu’il voulait reprendre son bien à la fin de l’année. Je l’exploite depuis de nombreuses années, j’en paie la MSA et je n’ai pas de contrat écrit. A-t-il le droit de le reprendre ?

Abonnez-vous Reagir Imprimer

elon l’article 1875 du Code civil, « le prêt à usage ou commodat est un contrat par lequel l’une des parties livre une chose à l’autre pour s’en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s’en être servie ». Ainsi, il permet au propriétaire d’un immeuble, d’un terrain, ou de tout autre bien immobilier appelé le prêteur, de prêter celui-ci gracieusement pour son usage à une autre personne appelée l’emprunteur.
En échange, l’emprunteur s’engage à entretenir et à rendre le bien dans le même état qu’il lui a été attribué. Il est donc tenu de conserver en bon état le bien qui lui est prêté en assumant toutes les dépenses relatives à son entretien, à l’exception, selon l’article 1884 du Code civil, des dégradations causées par un usage normal et répété sur la durée. Les plus importants travaux, ou « grosses réparations », sont généralement en revanche à la charge de la partie qui prête. Parfois cependant, une clause spécifique licite de la convention peut déroger à cette règle et ainsi obliger l’emprunteur à prendre à sa charge les grosses réparations.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1515, du 20 juin 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.