Le Réveil Lozère 27 avril 2022 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le prix du lait conventionnel rejoint celui du lait bio (Idele)

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Le prix du lait conventionnel devrait « temporairement » rattraper le prix du lait bio en avril-mai, selon les estimations de l'Institut de l'élevage (Idele) dans sa publication mensuelle Tendances parue le 20 avril. Les deux courbes devraient donc se croiser dans les prochaines semaines, en raison de plusieurs facteurs. D'abord, la forte croissance du prix du lait conventionnel, portée par les cours élevés des ingrédients laitiers. Ensuite, la « très forte saisonnalité » du prix du lait bio, qui chute habituellement au printemps du fait d'un pic de collecte. L'écart moyen entre avril et novembre est de 80 EUR/1 000 litres, précise l'Idele. De plus, si « la plupart des opérateurs secondaires » maintiennent le prix du lait ces derniers mois malgré la mauvaise conjoncture sur les marchés du bio, les quatre principaux collecteurs de lait bio (Biolait, Lactalis, Sodiaal et Agrial, qui représentent 70 % de la collecte nationale) appliquent déjà « des baisses comprises entre 5 et 15 EUR/1 000 litres par rapport à l'an dernier ». Résultat : le prix du lait bio décline depuis plusieurs mois. En février, il s'établissait à 469 EUR/1 000 litres, soit une baisse d'environ 3 EUR par rapport à février 2021. Un prix du lait conventionnel égal ou supérieur au lait bio : la situation serait inédite. « La portée symbolique de cet événement pourrait marquer les esprits, même s'il ne s'agit que d'une inversion passagère », soulignent les auteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.