Le Réveil Lozère 20 juillet 2022 a 09h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le prix du lait ne progresse pas chez Lactalis, dix OP protestent

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un communiqué du 7 juillet, dix organisations de producteurs - les neuf OP réunies au sein de l'Unell (niveau national) et l'Opglo (Grand-ouest) - expriment leur désaccord avec le groupe Lactalis sur le prix du lait fixé pour le mois de juillet. Deux jours plus tôt, le numéro un mondial du lait annonçait dans un communiqué maintenir le prix du lait payé aux éleveurs entre juin et juillet à 443,5 EUR les mille litres pour ses principales organisations de producteurs. L'Unell et l'Opglo estiment cependant que cette reconduction « n'a aucune cohérence économique au regard de l'évolution des marchés du lait et des produits laitiers ». Elles mettent en avant la progression de la valorisation beurre-poudre et du prix allemand, ainsi que l'obtention d'augmentations tarifaires lors des négociations commerciales annuelles. « Les hausses de prix concédées par les clients distributeurs ne seront pas suffisantes pour couvrir les 18 % d'inflation subie par l'entreprise », s'est justifié Lactalis, qui affirme avoir « restitué aux producteurs partenaires les hausses obtenues lors des négociations ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.