Le Réveil Lozère 30 septembre 2020 a 10h00 | Par YG

Le rapport Ambec donne du grain à moudre à la filière bovine

Les éleveurs bovins et Interbev se sont appuyés sur le rapport d’évaluation de la commission Ambec, publié le 18 septembre, pour rappeler leur opposition à l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les éleveurs bovins et Interbev se sont appuyés sur le rapport d’évaluation de la commission Ambec, publié le 18 septembre, pour rappeler leur opposition à l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur.
Les éleveurs bovins et Interbev se sont appuyés sur le rapport d’évaluation de la commission Ambec, publié le 18 septembre, pour rappeler leur opposition à l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur. - © Aurélie Pasquelin / Illustration

Vent debout contre l’accord UE-Mercosur depuis des années, la filière bovine a salué la publication du rapport d’évaluation de la commission Ambec, le 18 septembre, qui lui offre une occasion d’enfoncer le clou. Les importations de viande bovine prévues par cet accord (99 000 tonnes en six ans) pourraient aggraver la déforestation en Amazonie et « fragiliser les producteurs agricoles européens », pointe ce groupe de dix experts présidé par l’économiste Stefan Ambec (Inrae, Toulouse School of Economics).
Un rapport « accablant », estime l’interprofession bétail et viandes Interbev dans un communiqué le 18 septembre. Le jour de la publication du rapport Ambec, le quotidien Le Mondea fait état d’un audit de la Commission européenne concernant un autre accord de libre-échange : le Ceta, conclu avec le Canada. Après une enquête de terrain, Bruxelles y pointe des « défaillances » dans le contrôle de la traçabilité des bovins sans hormones destinés au marché européen. Les accords Ceta et Mercosur sont « désormais indéfendables », tranche la FNB (éleveurs de bovins viande, FNSEA) dans un communiqué le 18 septembre. Comme Interbev, la FNB exige la suspension du Ceta et le rejet de l’accord UE-Mercosur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Il est aujourd’hui urgent de prioriser les investissements pour restaurer notre capacité productive, incluant les activités agricoles et agroalimentaires

défend Dominique Chargé, président de la coopération agricole.