Le Réveil Lozère 02 février 2022 a 12h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Le recul de la production devrait s'accélérer en 2022, à -1,4 %

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Entre la « réduction structurelle du cheptel laitier » et la « décapitalisation du cheptel allaitant », la production de viande bovine devrait reculer plus rapidement en 2022 (-1,4 % contre -0,7 % en 2021), indique l'Idele le 20 janvier. Selon ses prévisions annuelles, la production nette de bovins finis s'établirait cette année à 1,406 million de tonnes équivalent carcasse. Toutes les catégories d'animaux sont en recul. Concernant les vaches allaitantes, « la décapitalisation devrait se poursuivre en 2022 au rythme élevé de 2021 » (-2,8 % fin 2021). Quant au cheptel de vaches laitières, il connaît « une baisse régulière qui devrait se poursuivre » (-1,8 %), selon les experts. Moins de vaches signifie aussi moins de broutards : l'Idele prévoit une baisse de 1 % des exportations de ces jeunes animaux (à 1,138 million de têtes). Idem pour les jeunes bovins, qu'ils soient de type lait ou viande. Quant à la production de veaux de boucherie, qui avait résisté en 2021, elle « devrait poursuivre sa baisse structurelle en 2022 » (-1 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.