Le Réveil Lozère 29 juin 2022 a 15h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Le régime des calamités agricoles déclenché

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Suite au comité sécheresse qui s'est réuni à Mende le 21 juin, les syndicats agricoles ont obtenu le déclenchement des calamités agricoles pour tous les éleveurs du département. Un procédé qui fait suite aux fortes chaleurs de début juin ayant affecté les récoltes. « Tous les agriculteurs doivent faire rapidement leur demande », a pressé Jean-François Maurin, président de la FDSEA. FDSEA qui sera « très attentive à ce que les réponses aux demandes réflètent les réalités du terrain », a souligné le président de la FDSEA. Cette demande se fait via télédéclaration sur le site du ministère de l'agriculture. Ce comité sécheresse a aussi été l'occasion pour les syndicats et le préfet Philippe Castanet de s'accorder sur le besoin pour les éleveurs d'ouvrir « le pâturage en forêt domaniale ». Les demandes des éleveurs doivent être faites auprès de l'ONF, qui les traitera au cas par cas. « La FDSEA va envoyer un modèle de lettre type à tous ses adhérents pour que les demandes soient bien prises en compte », a expliqué Jean-François Maurin. Selon une enquête réalisée par la chambre d'agriculture, les agriculteurs du département auraient perdu de 50 à 80 % sur leurs récoltes de fourrage cette année. Les réponses apportées pendant le comité sécheresse « font suite à la forte mobilisation des agriculteurs lors de la manifestation du 16 juin », a pointé la FDSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.