Le Réveil Lozère 16 novembre 2022 a 10h00 | Par JG

Le relèvement du SRP a eu un « faible » effet sur les prix

Dans un rapport remis au Sénat, les services de l'État concluent que le relèvement du seuil de revente à perte et l'encadrement des promotions n'ont pas eu un effet inflationniste majeur.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dans un rapport remis au Sénat, les services de l'État concluent que le relèvement du seuil de revente à perte et l'encadrement des promotions n'ont pas eu un effet inflationniste majeur.
Dans un rapport remis au Sénat, les services de l'État concluent que le relèvement du seuil de revente à perte et l'encadrement des promotions n'ont pas eu un effet inflationniste majeur. - © Guillaume Perrin - La Marne agricole/Illustration

Rééquilibrer les marges des distributeurs et redonner de la valeur au travail des agriculteurs : c'était l'objectif de la majoration du seuil de revente à perte de 10 % (SRP + 10), expérimenté depuis 2019 dans le cadre de la première loi Egalim. Était également expérimenté l'encadrement des promotions en volume (25 %) et en valeur (34 %) pour « empêcher la destruction de valeur ». Ces deux mesures ont eu un « faible » effet sur l'inflation, selon un rapport du gouvernement remis à la commission des Affaires économiques du Sénat, le 31 octobre, qu'Agra Presse a pu consulter. La part de l'inflation pouvant être attribuée à ces mesures, entre mars 2019 et février 2020, est de 0,17 % sur l'ensemble des produits alimentaires.
Cependant, il semble que les mesures aient eu des effets plus important sur les prix de certains produits comme les boissons non alcoolisées (+1,6 %), l'alcool (+1,5 %), les pains, pâtisseries et produits du petit-déjeuner (+1 %) et les confiseries, sucre et desserts (+0,6 %). Conséquence de l'encadrement des promotions : on observe une baisse de l'activité promotionnelle en 2019, notamment sur les produits des PME (-14 % en volume, - 11 % en valeur). En relevant les prix des marques nationales, la loi aurait participé à reporter la demande des consommateurs vers les produits de marques de distributeurs (MDD) « moins chères ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.