Le Réveil Lozère 15 juillet 2020 à 11h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Le safran cévenol doit son parfum à la patience

Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert.
Vendus principalement à la ferme, les produits à base de safran cévenol de Sandrine Leitao répandent désormais leur parfum à la boutique de Cévennes in the box, au Pont-de-Montvert. - © Marie-Pascale Vincent

Le safran est une plante fascinante à plus d’un titre. Quand Sandrine Leitao, productrice à Cassagnas, ouvre un bocal de pistils séchés, le délicat parfum envahit immédiatement la pièce. Et le cycle annuel de la plante recèle également son lot de surprise. « Les fleurs commencent à pousser la troisième semaine de septembre. Après la floraison, crocus savitus développe un feuillage qui se fane au printemps. Et durant la période estivale, la plante en dormance disparaît totalement. Avec le safran, poursuit Sandrine Leitao, tout est affaire de patience. La récolte se déroule à la main. À la pleine saison, je ramasse les fleurs deux fois par jour. Il faut plus d’une heure pour récolter 1 000 fleurs, près de trois pour l’émondage ou la récolte du pistil, partie odorante de la plante. » Après un passage dans un séchoir, les pistils sont conservés à l’abri de la lumière et de l’humidité pendant deux mois. Le temps pour le safran de révéler tout son parfum.
À l’image de la plante qu’elle cultive, la production de Sandrine Leitao s’est mise en place doucement avec une récolte d’une dizaine de grammes la première année, contre 120 en 2019. D’où la nécessité, renforcée par le confinement, de trouver de nouveaux débouchés. « J’ai été séduite par la jeunesse et le dynamisme de Manon Fabre. Je sais la difficulté de démarrer un projet, j’ai envie de la soutenir à ma façon. Tous les produits que je confectionne, gelées, confitures, sirops parfumés au safran ainsi que du safran sec sont désormais en vente dans sa boutique Cévennes in the Box. On les trouve également dans quelques épiceries et structures touristiques. Je vends aussi à la ferme qui compte deux chambres d’hôtes. Alors que celles-ci sont fréquentées à 90 % par les randonneurs, je m’inquiétais pour les débouchés cette année. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui