Le Réveil Lozère 16 mars 2022 a 11h00 | Par Sophie Chatenet

Le schéma Loire-Bretagne 2022-2027 adopté, mais avec quelles ambitions ?

Alors que le nouveau Sdage Loire-Bretagne 2022-2027 a été adopté, Emmanuel Ferrand conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes siégeant au comité de bassin estime que les 3,6 milliards d'euros qui lui seront alloués constituent « un gaspillage d'argent public ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Agriculteur dans l'Allier, Emmanuel Ferrand est conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.
Agriculteur dans l'Allier, Emmanuel Ferrand est conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. - © SC

Le bassin Loire-Bretagne s'étend des sources de la Loire et de l'Allier jusqu'à la pointe du Finistère. Il intéresse 335 communautés de communes, 6 800 communes, 36 départements et huit régions en tout ou partie, et plus de 13 millions d'habitants. Le comité de bassin, constitué de 190 membres, représente toutes les parties prenantes de la gestion de l'eau : des représentants des collectivités (40 %) ; des représentants des usagers de l'eau (40 %, parmi lesquels des associations, des consommateurs, des représentants d'établissements industriels et de l'agriculture) ; des représentants de l'État (20 %).
Réunis en séance plénière le 3 mars, les membres du comité de bassin ont adopté le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) 2022-2027 à 72 % de voix favorables. Ils ont également émis un avis favorable pour le programme de mesures élaboré par l'État. Ce nouveau schéma d'orientation s'appliquera dès l'approbation par la préfète coordonnatrice de bassin, Régine Engström.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.