Le Réveil Lozère 17 mars 2021 a 09h00 | Par SC

Le secret est dans la botte

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Un pâturage bas favorise la couverture du sol et des ports de végétaux plus étalés.
Un pâturage bas favorise la couverture du sol et des ports de végétaux plus étalés. - © SC

En production ovine, des repères de hauteurs d’herbe peuvent être estimés avec un outil de mesure simple mais efficace : la botte. 2 cm de hauteur d’herbe correspondent à la semelle, 3 cm entre la semelle et le talon, 8 cm entre le talon et la cheville, 10 cm à hauteur de cheville et 13 cm à mi-botte. La conduite du troupeau sera adaptée en fonction de ces repères. À retenir toutefois pour allonger la saison du pâturage : les lactations d’automne à l’herbe permettent de disposer d’une herbe de très bonne qualité, riche en légumineuses. Cette pratique permet d’économiser 25 à 50 kilos de concentrés par couple mère-agneau par rapport à une conduite en bergerie. L’allongement du pâturage sur la période hivernale ne pénalise pas la production fourragère annuelle et améliore l’autonomie alimentaire. Cette pratique consiste à valoriser des stocks sur pied en pâturant relativement bas, à moins de 3 cm avec des animaux à faible besoin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.